Fil de presse
EN
Pages Menu
Claude Roy
Claude Roy est un homme politique québécois. En 2007, il devient le député de la circonscription de Montmagny-L'Islet sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. Il devient porte-parole de l'opposition officielle en matière de faune et de parcs nationaux le 19 avril 2007, membre du Bureau de l'Assemblée nationale le 15 mai 2007 et membre de la Commission des affaires sociales le 23 mai 2007.

Un manteau blanc qui recouvre la grisaille

En regardant par la fenêtre, je vois une rue toute blanche et des bords de rue propres avec l’aide de cette neige fraîchement tombée. Alors, je me dis que la vie, comme la politique, est comme cette situation momentanée mais rafraîchissante pour l’œil.

Depuis un certain temps, les mauvaises nouvelles tombent quotidiennement. Un fou lance des missiles afin de prouver son désir de domination. Un autre plus fou au pouvoir immense fait des menaces et des gestes intempestifs qui pourraient causer une guerre.

Nous avons des crises de confiance dans des institutions comme l’UPAC et la police de Montréal. Des mégaprojets qui semblent tirer de la patte ou des erreurs de conception peuvent mener au désastre à long terme. Les employés de la Davie qui sont mis à la porte et qui se plaignent, alors que des entreprises de partout cherchent des employés. Sont-ils si bien servis par leur syndicat pour ne pas voir les avantages à changer d’employeur?

Cette semaine, je lisais dans le journal que nous devions payer, avec nos petits salaires, des primes pour que des anesthésistes arrivent à l’heure dans les salles d’opération. Nous devons tous collectivement arriver à l’heure au travail et personne n’a de bonus à la ponctualité. Alors pourquoi des personnes qui gagnent plus de 400,000$ par année ont-ils droit à des primes de ponctualité?

Pourquoi ai-je l’impression d’être ce dindon que l’on cuit sans farce? Pourquoi je me fais couper la route par des Mercédès, des Lexus, des BMW et des Audi alors que moi je suis dans la file d’attente et que je respecte les autres. Je n’ai rien contre les riches, mais sont-ils si importants pour ne pas respecter les autres.

La dernière trouvaille des libéraux pour cacher leur crasse est de faire baisser les taxes municipales en vue de la prochaine élection. C’est de la farine sur le comptoir pour ne pas que la pâte colle! J’attends toujours les accusations et les procès des criminels notoires qui marchent encore dans nos rues. Comme la neige tombe sur leurs pas, nous ne retrouvons plus leurs traces?

Un autobus passe à Charlesbourg, il est 8h53. Cet autobus est vide mais collectivement nous payons pour du transport en commun. Je prendrai mon auto, j’y mettrai mon essence pour la semaine et j’accepterai la circulation au lieu de me sentir esclave de ces fonctionnaires avares de sourires et de considérations. Je vais payer mes places de stationnement pour mes courses et je respirerai la liberté de choix.

Nous vivons une époque ou la grisaille permanente se recouvre occasionnellement de neige fraîche cachant ainsi sa crasse et agents corrosifs. La politique c’est le pouvoir et non le devoir, l’individualisme au lieu de la collectivité, les pulsions au lieu de la compassion et finalement, je m’endors sous ce manteau blanc qui malheureusement se recouvrera de toute cette saleté qui n’est qu’injustice et mépris. J’avais le goût de revenir en politique, mais heureusement je n’aime pas le froid et je resterai bien au chaud en attendant les prochains écarts de conduite de nos politiciens. La neige ne peut tout cacher malheureusement!