Fil de presse
EN
Pages Menu
Claude Roy
Claude Roy est un homme politique québécois. En 2007, il devient le député de la circonscription de Montmagny-L'Islet sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. Il devient porte-parole de l'opposition officielle en matière de faune et de parcs nationaux le 19 avril 2007, membre du Bureau de l'Assemblée nationale le 15 mai 2007 et membre de la Commission des affaires sociales le 23 mai 2007.

Que de souvenirs!

L’année qui s’achève restera dans la mémoire de plusieurs. Que ce soit pour les inondations du printemps qui ont touchées des centaines de personnes, ou des scandales.  Cette dernière année est marquante. Nous avons étiqueté les hommes en leur attribuant le rôle ingrat de harceleurs, les nombreux scandales et rebondissements ont accentué le message.

Désormais, nous devrons demander la permission pour faire un compliment. Nous devrons garder nos mains bien profondément dans nos poches et nos yeux ne pourront plus regarder d’autres yeux sous prétexte de provoquer la presse.

Nous ne sommes plus des hommes ou des femmes, la communauté LGBT vient de changer les règles et le dictionnaire. Il n’y a plus de genre et nous devrons parler désormais de l’autre pour définir la personne.

J’ai cherché des buches de Noël mais avec peu de succès, la rectitude politique oblige. Nous devons oublier nos traditions et nos coutumes, car cela dérange les nouveaux citoyens.

Nous n’avons que peu de moyens pour aider les nôtres, mais nous octroyons des centaines de milliers de dollars pour rendre confortable la vie d’immigrants illégaux.

Un nouveau phénomène marque la justice. Nous pouvons désormais invoquer le temps des procédures afin de faire annuler les accusations. Des milliers d’heures de travaux importants sont mis à la poubelle, des criminels en liberté et des iniquités flagrantes pour les honnêtes citoyens.

Concernant la classe politique, elle peine encore à convaincre la population. Preuve à l’appui, le famélique taux de participation lors des élections municipales. Les nouveaux élus se gargarisaient avec le résultat d’élection alors que la population ne leur offrait même pas une note de passage. Montréal a préféré une socialiste du Plateau à l’orgueil démesuré du maire sortant. À Québec, le bouillant maire a la majorité des sièges avec une participation anémique à son succès. Il n’a jamais eu le courage de parler du tramway durant sa campagne, sachant très bien que jamais la population ne lui en donnerait le mandat.

Pour ce qui est du gouvernement, cette dernière année dite électorale sera plus généreuse que jamais. L’argent volé à la population sert maintenant un dessin électoraliste hypocrite et malhonnête. Les millions qui ont été bien engrangés servent désormais à la réélection et au maintien du pouvoir. Le nationalisme est mort et les options politiques sont peu nombreuses. Nous devrons voter en oubliant les odeurs de purin qui flottent au dessus du parlement : promesses non tenues, programmes sociaux de plus en plus nombreux, commissions diverses afin de donner du travail lucratif à des amis et contrats somptueux comme cadeaux et reconnaissances.

L’année 2017 a été l’année des excès, des dénonciations, des malversations, des frustrations, et des injustices, Rien ne me laisse entrevoir que 2018 sera meilleur. Les grands décideurs du monde sont en perpétuelles réunions stagnantes, les enverdeurs continuent le combat lucratif de la peur du futur. Les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. La classe moyenne cherche ses repères et le Québécois est de moins en moins maître chez lui.   Je vous souhaite tout de même un Joyeux Noël et une meilleur année 2018, nous méritons mieux!