HomePopular ArticlesManon ou Martine, quel dilemme!

Manon ou Martine, quel dilemme!

Nous le savons maintenant, Manon Massé espère devenir première ministre comme Pauline Marois. Femme de tête et de convictions profondes, cette émule de la gauche radicale, la robine des bois en féminin nous offrira la chance de voter pour Québec solidaire et son dauphin Gabriel Nadeau Dubois. Donc, fini les marches dans les rues, ils auront désormais le pouvoir de donner à tous ces pauvres citoyens délaissés par la classe politique actuelle. Il n’y aura plus de contestations, plus de désobéissance civile, plus de bras de fer avec le gouvernement, car les oubliés actuels deviendront désormais la classe de riches que nous attendions avec impatience.

Les écoles pourront enseigner la politique québécoise, raconter l’histoire des maudits anglais avec toute la véracité des faits. Le Québec de demain est égalitaire et socialiste, il est désormais multiculturaliste plus que jamais et Justin Kumbaya Trudeau pourra désormais se joindre au mouvement, lui qui achète ses votes depuis sa venue au pouvoir.

Manon Massé à l’étranger? Elle qui représente si bien une société saine d’esprit dont les artifices extérieurs n’ont plus leur place. Assise avec le reste du Canada pour négocier la séparation de notre province et ainsi faire abdiquer cette bande de mécréants anglais.

Manon Massé la première ministre d’un peuple qui n’est aucunement mélangé, nous avons désormais le choix des toilettes et nos enfants décideront plus tard le genre qui leur convient.

Manon promet de brasser la cabane aux autres chefs de parti, elle a la classe et la détermination pour le faire. Moi à leur place je tremblerais à l’idée d’avoir un débat sain avec Mme Massé.

De l’autre côté de la frontière, il y a Martine la combattante, la Jeanne d’arc des temps moderne. Elle qui n’a besoin de personne à ses côtés, car elle détient dans ses mains le bâton de la vérité. Martine la conquérante, celle qui n’a pas compris le rôle du Bloc à Ottawa. Elle veut la séparation du Québec, mais le Bloc se voulait le chien de garde des Québécois et Québécoises à Ottawa.

Le parti qui n’a fait que se démolir de l’intérieur et qui désormais sombre doucement, car le navire de Martine est comme un gruyère. Martine qui refuse de se regarder dans un miroir et de lui poser ces questions. Suis-je la bonne personne pour ce poste? Les gens me respectent-ils? Ai-je le soutien de mes troupes? Pourquoi tant de personnes me détestent? Autant de questions dont nous avons tous les réponses, mais que le miroir refuse de lui divulguer de peur de se faire tirer un vase en plein visage. Un miroir qui ment, je n’ai jamais vu cela. Elle a un égo si grand que dans un futur rapproché, elle sera sans doute le thème d’une maîtrise sur le narcissisme.

Martine la mal aimée, la mal comprise, la seule qui détient le monopole de la vérité. Elle fera désormais parti des prochains Astérix et elle se présentera sur son nom de gauloise Martineimbuse contemplatrix!

Manon ou Martine quel dilemme!.

Written by

Claude Roy est un homme politique québécois. En 2007, il devient le député de la circonscription de Montmagny-L'Islet sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. Il devient porte-parole de l'opposition officielle en matière de faune et de parcs nationaux le 19 avril 2007, membre du Bureau de l'Assemblée nationale le 15 mai 2007 et membre de la Commission des affaires sociales le 23 mai 2007.