HomeCulture et sociétéLe retour d’Expo 67 – Claude Roy

Le retour d’Expo 67 – Claude Roy

Lors de l’Expo universelle de Montréal en 1967, le monde entier vivait dans la ville de Montréal. Les touristes affluaient de partout et les effluves de toutes sortes planaient sur la métropole.

Longtemps le Stade olympique a été un souvenir vétuste de cette grande période de corruption, mais d’harmonie mondiale. Nous vivions au rythme des découvertes, nous étions ouverts sur le monde, nous avions le désir de voir, d’entendre et d’emmagasiner les souvenirs pour la vie.

Puis, venus en grand nombre sous le désir d’un monde meilleur, des immigrants de plus en plus nombreux afflux au Canada et dernièrement vers Montréal.  Les politiques américaines ont contribué à cette affluence de nouveaux immigrants, mais là où le bât blesse, c’est que nous les recevons même s’ils sont des illégaux.  Imaginez l’inverse, un flux massif d’immigrants canadiens vers les États-Unis. Nous voyons comment les illégaux sont traités à la frontière mexicaine, mais nous devons toutefois faire abstraction des gens qui migrent ici, et pourquoi ils le font.

Les Mexicains cherchent à fuir la pauvreté, la misère ou la corruption. Pour d’autres, c’est la recherche d’un nouveau marché pour le commerce de drogue. Pour plusieurs, c’est surtout la quête du rêve américain. Le président américain décide de fermer les frontières, régulariser la situation des personnes qui habitent les États Unis dans l’illégalité et nous devons accepter désormais ces illégaux sous prétexte d’ouverture sur le monde.

Ces nouveaux immigrants ne viennent pas en visite découvrir des pavillons et une attraction touristique, ils veulent vivre chez nous. La communauté haïtienne souffre depuis plusieurs années. Le pays est malmené par la température et les séismes et les gens cherchent à fuir afin de sauver leur vie. Rares ont été les épisodes de violences et de conflits avec sa population. Outre quelques gangs de rues ou conflits territoriaux pour le commerce de la prostitution et de la drogue, les Haïtiens se sont très bien intégrés chez-nous, là n’est pas la question.

Ceux qui débarquent fuient une loi qui n’est pas encore en place, ils n’ont pas entrepris de démarches pour obtenir leur place aux États-Unis et faute de vouloir, ils se rabattent sur le Canada, qui a la faveur du monde entier pour son ouverture à l’immigration.

Notre premier Ministre la Licorne Trudeau dit sans sourciller que nous avons les ressources pour les accueillir. C’est faux, nous les voyageons en autobus de la frontière vers le Stade olympique, emblème de la décrépitude et de la malversation.  Ces illégaux demanderont des soins, nous devons attendre des semaines, voire des mois afin de voir un médecin; où sont ces ressources? Ils devront travailler ou vivre de l’aide gouvernementale, nous coupons dans tous les budgets; où sont les ressources financières pour leur venir en aide?  Où prendrons-nous les fonds pour les loger, les nourrir, les habiller à l’arrivée de l’hiver?

Je comprends que la communauté haïtienne fera son possible pour les aider, mais ce ne sera pas suffisant. L’école pour les enfants, la francisation, l’intégration; où sont ces ressources? Nous savons tous que nous ne les avons pas. Pourquoi un tel mensonge de la part des politiciens? Qu’avons-nous à gagner dans cette grande période d’humanisme? Ils nous jugeront durement après leurs échecs d’intégration. Ils désenchanteront rapidement dès les prochaines semaines et au final, nous passerons encore une fois pour des racistes.

Nous n’avons pas d’argent pour nos aînées, pas de nourriture convenable pour ceux et celles qui ont bâti ce Québec. Mous n’avons aucune ou peu de ressources pour nos handicapés laissés dans la misère de leurs contraintes. Nous manquons de médecins de famille, nos salles d’attente sont pleines et les délais sont interminables. Où prendrons-nous les ressources pour aider tous ces nouveaux arrivants?

Poser ces questions, c’est passer pour un raciste ou un xénophobe. Penser à nous est égoïste et penser à l’avenir de nos enfants c’est stupide.  Alors j’accepte le verdict, je suis raciste, xénophobe, égoïste et stupide. Sur ce je vous souhaite une bonne journée.

Written by

Claude Roy est un homme politique québécois. En 2007, il devient le député de la circonscription de Montmagny-L'Islet sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. Il devient porte-parole de l'opposition officielle en matière de faune et de parcs nationaux le 19 avril 2007, membre du Bureau de l'Assemblée nationale le 15 mai 2007 et membre de la Commission des affaires sociales le 23 mai 2007.