HomePopular ArticlesLe choix du chef

Le choix du chef

Muguette Paillé, la vedette instantanée du débat des chefs fédéraux de 2001 que presque tout le monde avait oublié, est revenue à l’avant-scène politique la semaine dernière quand, dans la circonscription de Maskinongé en Mauricie, elle s’est retrouvée seule candidate à la date limite pour le dépôt de candidature.

 

Jean-François Lisée, dont l’incapacité chronique d’attirer des candidatures prestigieuses ne fait plus aucun doute, s’était empressé de la présenté comme une « candidate authentique », « la voix de la sagesse populaire, du monde qui en arrache et qui veulent un gouvernement au service des gens ».

 

Aujourd’hui, la vedette instantanée de 2011 s’est transformée en boulet qui s’est crashé en flammes. Une énième tuile sur la tête d’un chef qui aurait dû s’y attendre.

 

Depuis l’arrivée de Muguette Paillé, nombre d’internautes avaient pourtant souligné à Lisée les propos qui le font tomber des nues aujourd’hui. Un survol rapide de la page Facebook de la candidate déchue montrait pourtant qu’il y avait un problème, et pas le moindre.

 

J’ai personnellement interpellé Lisée sur Twitter : « L’«authentique» candidate de .@JFLisee dans #Maskinongé, Muguette Paillé, qui partage des écrits de groupes anti-musulmans sur sa page Facebook, sera-t-elle la Jean Carrière de la campagne 2018? #pq #polqc #assnat »

 

Pour mémoire : Jean Carrière.

 

Manque de jugement

 

Au-delà de la démission d’une candidate controversée, c’est le jugement du chef qui est en cause. Le choix des mots pour qualifier Muguette Paillé comme la « voix de la sagesse populaire » c’est Jean-François Lisée qui en est seul responsable.

 

La désignation de son député de Berthier, André Villeneuve, comme responsable de la Mauricie, donc de la recherche de candidates/candidats, c’est Jean-François Lisée qui en est seul responsable. Villeneuve aurait insisté auprès de Muguette Paillé pour qu’elle pose sa candidature et force est de constater qu’il n’a pas cherché à en susciter d’autres.

 

Quant au fait que Muguette Paillé ait pris la décision de démissionner, plutôt que ce ne soit le chef qui prend la décision de se départir d’une candidature gênante, ça aussi c’est le choix de Jean-François Lisée.

 

À ce sujet, je souligne qu’à la CAQ, François Legault n’hésite pas à agir promptement quand il le faut. Il l’a fait dans Louis-Hébert, il l’a aussi fait dans Nelligan.

 

Détourner l’attention

 

Il n’est pas surprenant, pendant cette semaine où Muguette Paillé a été l’«authentique» candidate officielle de Jean-François Lisée, de constater que les péquistes s’épuisaient à tweeter sur la candidature solide de l’économiste Éric Girard pour la CAQ dans la circonscription de Groulx. À leur place, moi aussi j’aurais tout fait pour détourner l’attention!

Quant à se demander si le manque de jugement chronique de Jean-François Lisée pèse lourd quand vient le temps d’analyser la désaffection des Québécoises et des Québécois envers le PQ, il n’y a qu’un pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

Written by

Ex conseiller pol., dir. cabinet AssNat. Blogueur, twitteux, collaborateur au Prince Arthur Herald!