Fil de presse
EN
Pages Menu
Claude Roy
Claude Roy est un homme politique québécois. En 2007, il devient le député de la circonscription de Montmagny-L'Islet sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. Il devient porte-parole de l'opposition officielle en matière de faune et de parcs nationaux le 19 avril 2007, membre du Bureau de l'Assemblée nationale le 15 mai 2007 et membre de la Commission des affaires sociales le 23 mai 2007.

La liberté à tout prix

Dans le débat sur le contrôle des armes à feu, la démonstration a été faite que peu importe le système en place, les armes illégales auront toujours leur place.

Durant toutes les années où j’ai été un animateur télé de chasse et pêche, j’ai pourfendu ce régime de contrôle inutile et coûteux. Puis les conservateurs ont mis fin à ce registre et c’est devenu le nouveau combat des libéraux pour une cause importante, le vote que les femmes pourraient leur donner.

Lors de mon passage en politique au sein de l’ADQ, j’ai participé au projet de loi 69 sur le contrôle des armes. Avec l’aide de Pierre Moreau, alors attaché politique de Jacques Dupuis, nous avons fait plusieurs amendements qui ont modifié en profondeur ce nouveau règlement, mais ce n’était pas assez pour les adversaires du contrôle des armes à feu.

Un nouveau mouvement contestataire a vu le jour et depuis, les sorties médiatiques du leader du groupe n’ont rien fait pour faire comprendre le problème ou amener quelques pistes de solution.

Le simple fait que la population ne comprenne pas qu’il y a déjà un système mis en place par le gouvernement afin de contrôler l’achat et la possession d’armes et la pression très médiatisée des survivantes de la Polytechnique a bien servi la cause des anti armes.

Si un projet de loi existait pour encadrer la vente d’armes blanches dans les marchés aux puces et pour imposer un contrôle parental sur les jeux vidéo violents qui sont en vente libre et dont le seul but est de tuer, j’aurais eu une vision bien différente.

Aujourd’hui un acte irréfléchi et irrationnel vient d’anéantir les efforts déployés, car cette maladresse nuit à l’ensemble des utilisateurs d’armes qui passent pour une bande de cave sans empathie pour les victimes. La loi est passée et personne ne fera faire marche arrière au présent gouvernement et le prochain n’aura pas plus de couille que le précédent.

S’exhiber à faire du tir aux pigeons d’argile est moins populaire que de faire des pratiques de golf. L’arme à feu est mal vue, le sport est incompris et les chasseurs sont peu enclins au discernement. Nous devons respecter les limites de vitesse même si cela nous déplaît, nous subirons les conséquences en cas de négligence. Laissons le régime se mettre en place. Nous en connaissons déjà les enjeux et le gouvernement sera jugé durement sur le coût de ce régime inutile. Les armes illégales auront toujours leur place dans les crimes. La justice n’est pas assez puissante afin de contrer ce fléau. La légalisation de la marijuana n’aura aucun effet sur la consommation ou la vente illicite.

Si les femmes se sentent protégées parce qu’un régime contrôlera les armes de chasse, elles ne seront jamais à l’abri d’un déséquilibré avec un couteau à la main. La violence n’est pas exclusive face aux femmes. Désormais, les enfants et les hommes en sont également victimes. Vouloir en faire un débat exclusivement féministe n’est pas non plus la solution.

Dans un récent film, j’ai vu une femme tuer son ennemi avec son soulier à talon haut. Tout objet est une arme et rien de doit justifier la haine. Le débat sur les armes à feu ne sera jamais rationnel, car il est trop émotif et ceci dans les deux camps.