Fil de presse
EN
Pages Menu
Simon Leduc
Éditeur en chef du Prince Arthur Herald.

La FTQ appuie ouvertement le NPD dans la région de Québec

Cette semaine, la plus imposante centrale syndicale québécoise, la FTQ, a annoncé qu’elle allait ouvertement appuyer les candidats néodémocrates dans cinq circonscriptions de la région de Québec : Louis-St-Laurent, Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Beauport-Limoilou, Louis-Hébert et Portneuf-Jacques-Cartier.

La FTQ peut compter sur près de dix mille membres dans chacun des cinq comtés que cette dernière a ciblés. La centrale syndicale va demander l’aide de ses membres afin de barrer la route aux conservateurs. « On va faire une campagne auprès de nos membres. Si on a 10 000 membres dans une circonscription, on veut parler aux 10 000 membres, que ce soit en direct, que ce soit par téléphone, que ce soit par le biais d’assemblées générales. Et on va demander à notre monde de faire du pointage pour nous assurer qu’au jour J, les gens aillent voter», a affirmé le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, en entrevue à la Presse Canadienne. La Fédération des travailleurs du Québec fait campagne contre le PCC, car elle affirme que celui-ci est anti-syndicat. Cette dernière a férocement dénoncé le projet de loi C-377, qui aurait obligé les syndicats à rendre public toutes dépenses de plus de cinq mille dollars et les salaires de ses dirigeants de plus de cent mille dollars.

Jeudi dernier, sur les ondes de CHOI Radio X (l’émission de Richard Martineau), le candidat conservateur, Gérald Deltell, a dénoncé vivement le rapprochement entre la FTQ et le NPD. Il a affirmé que si le NPD prend le pouvoir le 19 octobre prochain, ce dernier va défendre les intérêts des syndicats au détriment de ceux de la population. La candidate néodémocrate dans Charlesbourg-Haute-St-Charles, Anne-Marie Day, trouve cela normal que la FTQ appuie le NPD, car il est d’accord avec les principales demandes de cette dernière. « Les demandes de la FTQ sont sur trois points essentiels : l’amélioration du programme d’assurance-emploi, l’amélioration du Régime de pensions du Canada (RPC) et le retour du crédit d’impôt fédéral pour les fonds de travailleurs. Sur les trois points, le NPD est d’accord depuis belle lurette. Au lieu de jouer au faux surpris, M. Deltell devrait plutôt s’attarder à nous expliquer en quoi ces trois mesures ne doivent pas être mises de l’avant », a-t-elle martelé en entrevue avec le PAH.

Le candidat conservateur dans Charlesbourg-Haute-St-Charles, Pierre Paul-Hus, n’est pas surpris d’être une des cibles de la FTQ.  « Nous sommes forts à Québec et Charlesbourg–Haute-Saint-Charles est ciblé depuis longtemps par la FTQ. Cela explique sûrement que la candidate a réussi à installer 1000 pancartes quelques heures après le déclenchement des élections », a t-il affirmé en entrevue avec le Prince Arthur Herald.

Ce dernier dénonce le fait que la très influente centrale syndicale finance la campagne du NPD à même les cotisations de ses membres. « Je considère que la loi C-377 est d’actualité plus que jamais. Les syndiqués ont le droit de savoir à quoi servent les cotisations. Je peux vous dire que j’en ai rencontré quelques uns qui ne sont pas fier de leur centrale syndicale », a indiqué l’homme d’affaires.

Baisse des conservateurs dans les sondages

Selon les derniers sondages, le Parti conservateur a chuté en troisième place à l’échelle nationale et serait même en perte de vitesse dans la région de Québec. M. Paul-Hus reste très confiant :   « Nous sommes en très bonne position dans la région de Québec. La gauche est très divisée et cela devrait nous être favorable. Je suis très confiant que nous allons faire des gains importants dans la grande région de Québec et nous allons travailler très fort pour y arriver », a ajouté le candidat conservateur.