Fil de presse
EN
Pages Menu
Julie Texane Lesage
En Août 2003, Julie et son conjoint se marient pour pouvoir partir vers le Texas, ce qu’elle décrit comme étant le meilleur “move” de sa vie! En 2013, elle publie “Vivez l’Expérience Américaine” qui connait un succès retentissant.

Il y a une vraie culture des armes à feu aux États-Unis

Après les évènements de Las Vegas et maintenant au Texas, on peut s’interroger sur la culture des armes à feu aux États-Unis. Il existe une vraie culture des armes à feu aux Etats-Unis, mais elle est difficile à comprendre pour ceux qui ne l’ont pas expérimenté.

Cette culture est imprégnée dans l’esprit de plusieurs Américains de souche. Je commence tout juste à la comprendre.

J’ai passé plus de temps de ma vie adulte aux États-Unis qu’au Canada. Je suis en mesure, maintenant, de dresser un portrait adéquat.

Tradition

Le maniement des armes à feu est enseigné de pères en fils. Les armes sont également passées de génération en génération et plusieurs familles américaines ont tout un arsenal. L’éducation sur la défense personnelle est aussi importante que de savoir administrer les premiers soins.

La possession d’armes à feu est une sécurité. En recevant un enseignement sur les armes à feu, les Américains se donnent la chance de pouvoir se défendre eux-mêmes (ou leur famille) en cas de besoin.

Les Américains sont reconnus pour s’objecter de l’ingérence de l’État dans chaque sphère de leur vie. Même si nous avons vu une montée d’une police autoritaire et répressive, il n’en demeure pas moins que la majorité des corps policiers des villes et des comtés travaillent toujours pour le citoyen.

Lorsque j’ai assisté à mon cours pour obtenir mon permis de port d’armes, le choc culturel m’a frappé à grand fouet. Mes instructeurs, un couple de plus de 70 ans, avaient choisi une église comme salle de classe.   Les mots dont je me rappelle le plus sont : “ les policiers apprécient votre aide, vous êtes la première ligne de défense”.

Idéologie Politique

“The Land of the free” est la devise des Américains.   La Constitution américaine révèle que les Pères Fondateurs avaient travaillé fort pour offrir aux Américains un pays libre et sans débordement de la part du gouvernement.

Les dix premiers amendements démontrent clairement que le gouvernement américain est basé sur le principe de liberté.

La Constitution américaine donne seulement le droit au gouvernement fédéral de légiférer ces quatre secteurs d’activités :

  • Les forces armées
  • La monnaie
  • Les traités internationaux
  • Agir comme médiateur dans les relations inter-états

Bien entendu, le gouvernement actuel dépasse largement son mandat et cela fait titiller les défenseurs de la Constitution américaine.

Certains croient que la constitution doit être revue pour s’adapter à la réalité de 2017. Plusieurs s’y objectent de crainte de voir leur pays s’effacer.

La structure gouvernementale américaine est assez particulière. Elle est basée sur une séparation des pouvoirs (versus concentration des pouvoirs au Canada). En bref, le principe américain est de ne pas laisser une entité avoir des droits absolus.

Personnalité

Chaque grand peuple a une personnalité :http://www.bbc.com/future/story/20170413-different-nationalities-really-have-different-personalities

Une façon bien simple de reconnaître les peuples et leur personnalité c’est de comparer des shows de télé populaires présentés dans plusieurs pays.

Les Américains ont la réputation d’être très flamboyants dans leurs actions et extravertis. Ils sont extrêmement indépendants mais agréablement courtois. Voici quelques traits des Américains qui expliquent également leur objection des lois sur les armes à feu.

-Les États-Unis est un des pays où vous aurez le plus de conversation avec des étrangers sans qu’ils ne sortent d’un asile psychiatrique. – Aisance

– La majorité des personnes âgées préfèrent vivre dans des maisons de retraite qu’avec leurs propres enfants. – Autonomie.

– Les Américains ont généralement plus de choix à faire car l’économie est diversifiée. – Autonomie

– L’école à la maison est un phénomène courant. – Autonomie

– Malgré le fait qu’il y a de nombreux immigrants, races, religions, cultures etc, les Américains respectent les différences. – Vivre et laisser vivre.

Un des aspects qui m’a le plus frappé est l’émancipation accentuée des adultes. Il n’y a aucune entité qui te prend par la main. Tu es responsable des actions que tu dois prendre. Par exemple, dans le cas de contraventions. Il n’y aura pas de petite lettre pour vous rappeler de payer ou de vous présenter en cour (il y a une date de cour sur la contravention). Si vous oubliez, un mandat d’arrêt sera activé.

Demandez-moi comment je le sais…

Situation géographique

Notre emplacement géographique nous met dans une situation vulnérable.

Les illégaux

Il y a 11.1 millions d’immigrant illégaux vivant présentement aux États-Unis. Dans certaines communautés d’immigrants de certaines villes, dont Houston, 37% de ceux-ci sont sans papier et majoritairement en provenance de l’Amérique latine.

Est-ce que l’on peut s’entendre sur le fait que la majorité des illégaux sont en mode survie? Ils entrent aux États-Unis avec une prise contre eux : ils commettent un crime.

Est-ce que les illégaux commettent plus de crimes? La question n’est pas claire à 100%, mais deux rapports suggèrent que oui. (GAO-05-337R) (GAO-05-646R).

L’immigration illégale a toujours été un problème. Pour les natifs de la place, notre interprétation est basée sur la réalité. Les crimes sont souvent commis dans certaines communautés où les immigrants illégaux sont concentrés. Il y a des endroits dans la ville de Houston ou l’anglais est quasi absent.

Même s’ils ne sont pas criminels au départ, en passant les frontières illégalement, ils font leur premier crime. Ensuite, un crime en amène un autre pour s’assurer que leurs besoins essentiels sont satisfaits.

Cartels de drogue

Les cartels mexicains dominent actuellement le marché des narcotiques aux États-Unis. La présence de ces cartels n’aide en rien le sentiment de sécurité des Américains. La guerre contre la drogue aura coûté des milliards de dollars et continue d’être une problématique.

Mode de vie

Phénomène que l’on voit également au Canada, le nombre de gens consommant des médicaments donnés sous ordonnances augmente à une vitesse effroyable. Plusieurs cas de tueries de masse ont été causés par des individus qui consomment des substances légales et illégales.

Le Dr Mailloux a mentionné récemment que dans sa pratique, il n’y a pas vraiment plus de gens avec des maladies psychiatriques, mais ceux qui en sont affectés ont une forme beaucoup plus préjudiciable de la maladie.

Il y a également la couverture médiatique des crimes qui peuvent donner des idées. Vous ne me croyez pas? Comment savez-vous que vous pouvez mettre fin à votre vie en vous passant la corde au cou? On vous l’a enseigné à l’école?

Les médias sociaux contribuent largement au visionnement des détails des crimes partout sur la planète. Ça en fait des trucs dans notre boîte aux idées.

En tant que Québécois, nous voyons l’arme à feu comme un symbole de la mort et non comme un symbole de défense. Pourtant, dans le cas de la tuerie dans une église du Texas, un bon samaritain a pu utiliser son arme à feu pour mettre fin à cette dérape.

Pendant qu’on demande davantage de contrôle des armes à feu, les criminels eux s’organisent pour entreposer des armes qui serviront lorsque la population sera désarmée.

Vous voulez vraiment que les criminels et les gouvernements soient les seuls en contrôle de la protection de votre famille en sachant que le premier groupe dépasse largement les ressources du dernier?

http://www.drugfreeworld.org/drugfacts/prescription/antidepressants.html

http://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1001875

http://www.gao.gov/assets/320/316959.pdf

http://www.gao.gov/assets/100/93090.pdf

http://vancouversun.com/news/national/mexican-cartels-to-expand-reach-in-canada-with-visa-changes

http://www.businessinsider.com/dea-maps-of-mexican-cartels-in-the-us-2016-12

http://www.policyalmanac.org/crime/archive/drug_related_crime.shtml

 

crédit photo : LP/PHILIPPE DE POULPIQUET