HomeEntrevuesEntrevue avec le chef du Parti conservateur du Québec Adrien Pouliot : la préparation pour les élection de 2018, le dossier des réfugiés haïtiens et la montée de l’extrême droite au Québec

Entrevue avec le chef du Parti conservateur du Québec Adrien Pouliot : la préparation pour les élection de 2018, le dossier des réfugiés haïtiens et la montée de l’extrême droite au Québec

Tout d’abord, les prochaines élections générales auront lieu le 1er octobre 2018. Étant donné que les élections sont maintenant à date fixe, cela va permettre aux partis politiques de se préparer d’avance et c’est le cas du Parti conservateur du Québec. Son chef Adrien Pouliot nous raconte que ses troupes travaillent forts pour être prêt en octobre 2018. « Nous sommes en train de recruter des candidats et nous faisons des activités de financement afin d’avoir un petit trésor de guerre. Notre objectif est d’avoir un candidat dans chacune des circonscriptions de la province », explique Adrien Pouliot en entrevue au Prince Arthur Herald.   Le PCQ veut donner une voix aux gens de droite qui ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale en ce moment. Nous voulons faire élire quelques députés pour être en mesure de défendre les intérêts des électeurs conservateurs qui sont ignorés et abandonnés par les autres partis au moment actuel », estime le chef de la droite québécoise. Ce dernier sera candidat dans le comté de Chauveau lors de la générale de 2018. « J’ai commencé tranquillement à faire du travail de terrain dans ce territoire qui est sympathique aux idées conservatrices. J’ai loué un appartement dans le comté et j’ai bien l’intention de faire campagne activement jusqu’au 1er octobre 2018 », raconte-t-il.

Ensuite, depuis quelques semaines, des réfugiés haïtiens traversent la frontière illégalement afin de s’établir au Canada. Philippe Couillard, Denis Coderre et Justin Trudeau ont dit qu’il fallait les accueillir à bras ouverts. Maintenant, M. Trudeau et Couillard estiment que les réfugiés doivent passer par le processus normal. Quelle est la position du Parti conservateur du Québec sur cet enjeu? Adrien Pouliot estime qu’il faut se dire les vraies choses dans ce dossier. « Les Haïtiens ont traversé notre frontière ILLÉGALEMENT et il ne faut pas avoir peur de le dire. Au Canada, il faut respecter les lois et les demandeurs d’asile doivent passer par le processus comme tous les autres », martèle-t-il. Le chef conservateur affirme que la cohorte d’Haïtiens qui sont entrés illégalement au pays ne sont pas des réfugiés. « Ces gens-là vivaient temporairement aux États-Unis. Ils n’étaient pas persécutés ou menacés de mort. On devrait prioriser les véritables réfugiés qui ont été tourmentés dans leur pays d’origine », souligne M. Pouliot.

Subséquemment, la classe politique et les médias semblent être inquiets de la montée de l’extrême droite au Québec. Le leader du PCQ demande à ces derniers de respirer par le nez. « Il n’y a pas une montée en puissance de l’extrême droite dans la Belle province, c’est un mythe. Ce sont seulement des groupuscules marginaux et les médias et nos politiciens ne devraient même pas s’en soucier », estime-t-il. Par contre, Adrien Pouliot affirme haut et fort que l’extrême gauche est très présente au Québec. « On les a vu lors de la manifestation de dimanche dernier à Québec. Ce sont des casseurs, des bandits et des fascistes de gauche et il faut les dénoncer », conclut-il.

 

 

 

 

 

Written by

Éditeur en chef du Prince Arthur Herald.