Fil de presse
EN
Pages Menu
Simon Leduc
Éditeur en chef du Prince Arthur Herald.

Entrevue avec le candidat d’Équipe Coderre dans Ahuntsic, Raphaël Melançon

Raphaël Melançon est le candidat d’Équipe Coderre dans le district de Ahuntsic à Montréal. Avant de se lancer en politique municipale, ce dernier a travaillé comme journaliste à TVA et au Cabinet de l’ancien ministre conservateur Denis Lebel. Ce diplômé en communication politique a toujours eu une passion pour l’écriture. « En effet, je suis un passionné du métier de journaliste et c’est pour cela que je suis allé dans cette voie », explique M. Melançon en entrevue au Prince Arthur Herald.

Le métier de journaliste

Tout d’abord, durant ses études, il a été chroniqueur au journal local l’Action dans son coin de pays, Joliette. Ensuite, il a obtenu un poste de rédacteur pour le réseau TVA à Montréal. « Au début, j’étais rédacteur pour les bulletins de nouvelles du week-end et après, j’ai migré ver le 18h et 22h en semaine avec Pierre Bruneau et Sophie Thibault », raconte-il.

Deux ans plus tard, le candidat dans Ahuntsic voulait obtenir le poste de chef de pupitre qui s’était libéré à l’émission Larocque-Lapierre. « Mon employeur trouvait que je n’avais pas assez d’expérience, mais Jean Lapierre et Paul Larocque voyaient en moi un jeune homme passionné de politique. Alors ils m’ont donné une chance et je leur en suis très reconnaissant », affirme l’ancien journaliste.

Un poste au Cabinet du Denis Lebel

Il travailla deux ans pour eux et après, il décida de retourner aux études.   Il compléta un MBA au HEC. Peu de temps après, il a été recruté par le Cabinet du ministre conservateur Denis Lebel. Il y travailla sur les questions de développement économique régional et sur le dossier du nouveau pont Champlain. Après les élections d’octobre 2015, celui-ci s’est tourné vers un autre domaine. « Je travaille maintenant dans les relations publiques chez National dans les dossiers touchant les autochtones », explique M. Melançon.

L’influence de ses racines familiales sur sa future carrière politique

Dès son enfance, Raphaël Melançon fut sensibilisé par l’importance du service public et du palier municipal qui est le plus proche des gens. « Mon grand-père a été maire de mon village natal et préfet de comté pendant deux décennies. Ce dernier m’a enseigné et expliqué l’importance d’être proche des gens et que le municipal est le palier de gouvernement qui a un impact direct sur la vie de la population », raconte-il. Donc, il a décidé de se présenter en politique municipale afin de bien servir ses concitoyens de Ahuntsic. « Le service public est sacré pour moi et si mes concitoyens me choisisse le 5 novembre, je m’engage à défendre leurs intérêts au Conseil municipal », affirme le candidat.

Denis Coderre : un leader politique

Depuis 2013, M. Melançon milite en politique municipale dans le parti de Denis Coderre. Il affirme que le maire sortant est un véritable rassembleur et il est fier de faire partie de son équipe. « Denis Coderre s’est entouré d’une équipe solide et expérimentée qui est composée d’hommes, de femmes, de jeunes, etc. Il a rassemblé autour de lui des péquistes, libéraux et caquistes. Au niveau municipal, c’est un Montréalais et non un libéral, car il a attiré des gens de toutes les couleurs politiques et c’est tout en son honneur », souligne-t-il.

Melançon veut travailler aux côtés de Denis Coderre, car ce dernier a été un excellent maire de Montréal depuis quatre ans, « M. Coderre est un leader politique. Il a remis la métropole sur la map après des années de corruption. Son bilan parle de lui-même. Il a rétabli les finances publiques de la ville et a obtenu un statut de métropole, qui a permis à Montréal d’obtenir de nouveaux pouvoirs », estime-t-il. Selon lui, les Montréalais peuvent être fiers de leur ville et cette dernière a repris sa position de leader au Québec. « Tout ça, on le doit à Denis Coderre et c’est pour cela que je me présente dans son équipe », conclut-il.