Fil de presse
EN
Pages Menu

Quand le sage pointe la lune, le fou regarde le doigt.

Vous connaissez cette expression? Vous savez ce qu’elle veut dire? Obi-Wan Kenobi l’a très bien résumé dans l’épisode IV de Star-Wars en disant « l’œil ne voit que la surface des choses ». Je me dis que ces paroles s’appliquent extrêmement bien au contexte actuel dans les débats du Québec et même du Canada. Quand on propose un pipeline plus sécuritaire qu’un bateau ou un train pour transporter le pétrole et éventuellement enrichir notre économie, créer de l’emploi et peut-être, potentiellement, investir dans les énergies vertes avec cet argent, on y voit qu’une nuisance à l’environnement et des risques, risques qui sont présents de toute façon dans tout ce qui implique l’exploitation des ressources naturelles. Quand on dit que le salaire minimum à 15$ est une mauvaise idée, car les PME en seront les premières affectées, que les entreprises trouveront des moyens de couper des postes par la robotisation et que les prix augmenteront, ne laissant pas davantage d’argent dans les poches des autres, on y voit qu’une insensibilité aux conditions de vie des gens plus pauvres et on y voit qu’une défense aveugle du méchant système capitaliste et des méchants patrons. Quand on dit que d’ajouter dans la loi sur les normes du travail une semaine de vacances de plus par année et une journée de congé hebdomadaire engendreront des coûts pour les entreprises, surtout les plus petites, on y voit, encore une fois, une défense des corporations et des patrons. Quand un parti balance le budget de l’État et fait des coupures afin de remettre les finances publiques en bonne santé avant d’investir dans les programmes sociaux, la santé et l’éducation, on y voit qu’une bande d’insensibles qui ne pensent qu’à l’argent et qui ne se soucient pas de l’avenir de la société. Quand un chef de l’opposition officielle...

Read More

UN TOUR D’HORIZON : Un ‘’crash’’ en vue

Le Québec est en campagne électorale. Le Parti libéral y va à fond de train dans les dépenses, improvisées ou non. De son côté, le Parti libéral du Canada est constamment en campagne électorale avec l’argent des citoyens. Il subventionne à coup de milliards de dollars par année les médias. Il maintient le cap  et se faire lécher le cul tout le temps. Je comprends qu’il y aura toujours un pourcentage de citoyens qui ne s’en fait pas. Que l’économie fonctionne ou pas, ce n’est pas grave. Il y a Trudeau qui me donne de l’argent ou Couillard qui me fait vivre. Donc, pas besoin de penser, il y a deux gars qui pensent pour moi. Il y a toutefois un gros problème qui se pointe. En fait, le problème pèse 239 livres, mesure 6 pieds et 3 pouces, parle très bien l’anglais, il est en santé et fait ce que tout bon politicien doit faire ; il dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. Son nom est ‘’Président Trump’’. C’est tout de même incroyable.   Les médias canadiens bombardent constamment le président des États-Unis. Il est soit imbécile à enfermer, soit il porte un dentier, soit bipolaire, tout y passe. C’est devenu ridicule. Que ce soit Luc Lavoie, Mario Dumont, Anne-Marie Dussault, Richard Latendresse, Christian Latreille, etc … c’est aberrant. Ils le font pendant les négociations de l’ALENA, en croyant qu’aucun stratège américain n’écoute. Faut-il être imbécile pour être journaliste politique ou quoi ? Il faut dire qu’avec des reportages sur les bas du premier ministre du Canada, les rassemblements dans les écoles primaires et les selfies, il n’y a pas grand chose d’intelligent à dire au sujet de Justin. Je prévois la fin de l’ALENA, justement à cause de ces gens payés par Trudeau. Il...

Read More

Le Royaume-Uni post-COP23 – Partie 3 : L’énergie nucléaire comme solution facile

Suite à mes deux derniers articles, nous pouvons continuer notre réflexion encore plus loin, et ce, en étant légèrement moins pessimiste. En effet, un certain optimisme se dégage de la décision relative au charbon suite à la COP23, en particulier car « Le réchauffement climatique peut ainsi être interprété comme le résultat d’un système économique entièrement bâti sur la combustion de charbon, de pétrole et de gaz, dont il ne suffit pas de minimiser l’impact environnemental après coup dès lors que ses fondements mêmes ne sont pas soutenables [1]» Ainsi, le fait que plusieurs pays s’entendent pour éradiquer le charbon comme source d’énergie traditionnelle est un pas dans une direction importante, prouvant un certain changement économique fixé sur l’exploitation des ressources non renouvelables vers un système peut-être moins avantageux économiquement mais potentiellement plus avantageux à long terme, en autre au niveau de l’autonomie énergétique. C’est en partie pourquoi l’OCDE, dans son rapport de 2017, presse le Royaume-Uni de développer un plan fiscal solide pour contrecarrer l’impact économique du brexit en déterminant d’avance, c’est-à-dire avant 2019, un plan de productivity-enhancing fiscal initiatives on investment et aussi en se focussant notamment sur un support de la demande à court terme. Maintenant, évaluons en quoi cette décision peut être réellement bénéfique ou non pour le Royaume-Uni. Premièrement, il est a mentionné qu’en 2010, « Les réserves charbonnières étant très abondantes sur la terre (environ 150 ans de consommation au rythme actuel) et relativement bon marché, la part du charbon dans la production d’électricité est en forte progression dans le monde, en Asie bien sûr mais aussi aux États-Unis et en Europe[2] » D’or et déjà, nous pouvons dire que la décision de retirer le charbon traditionnel comme source d’énergie n’est pas nécessairement lié à la disponibilité du charbon mais revient bien plus à une décision écoresponsable....

Read More

Oprah 2020, la politique spectacle

Il aura suffi d’un discours enflammé à la saveur du jour pour qu’on voit Oprah dans la course à la présidence en 2020. Cela démontre bien le manque criant de candidats inspirants qui sévit dans toutes les démocraties occidentales. Cela a aussi amené plusieurs personnes à soulever le fait qu’elle n’avait pas les « compétences » pour se lancer en politique. Mais c’est quoi au juste les « compétences » dont un politicien a besoin? La maîtrise de la langue de bois? L’art du selfie? Avoir un CV d’au moins 4 pages rempli de diplômes? Exceller dans l’art de débattre? En fait, c’est ce que l’élite dominante voudrait bien vous faire croire… Pour être président de la plus grande démocratie du monde, il faut être âgé de 35 ans et être né aux États-Unis. C’est d’ailleurs l’exception qui confirme la règle en démocratie, car il n’y a généralement aucune exigence formelle. En effet, un politicien est avant tout un représentant choisi par le peuple pour être représentatif des volontés et intérêts du peuple. Alors pourquoi assistons-nous à une valse des élites complètement déconnectées du peuple au pouvoir? Parce que la meilleure façon de protéger son boulot de politicien de carrière est de faire croire que la fonction est un emploi inaccessible qui demande des qualifications importantes. Évidemment, les hordes de bureaucrates,  les syndicats qui les « représentent » , ainsi que les compagnies et organismes qui doivent leur existence aux subventions feront tout pour rendre encore plus inaccessible la « carrière ». On se plaint de la politique spectacle et pourtant on parle de « candidats-vedettes », de candidats « ministrables » démontrant bien que c’était devenu un spectacle bien avant l’arrivée des Trump, Schwarzenegger, Trudeau et Oprah de ce monde. C’est une des raisons pour lesquelles les mandats limités nous apparaissent comme une solution. Il faut rappeler aux gens qu’être...

Read More

D’autres applaudissent

En ce début d’année 2018, je voudrais remercier le Prince Arthur Herald de m’offrir l’opportunité de devenir chroniqueur web. Pourquoi devenir chroniqueur? Assez simple. J’ai un talent mitigé en écriture MAIS j’ai un excellent contact à la mairie de Montréal. En me servant de ce contact anonyme super secret, vous allez avoir un accès privilégié à la chambre forte de la métropole. Voici d’ailleurs les extraits d’une conversation entendu dernièrement: -Valérie Plante : Pour les 300 nouveaux autobus, le dossier avance? -M. X : Bien sûr! On va même pouvoir faire une annonce dès cette semaine pour lancer l’appel d’offre!! -Valérie Plante : Woooohooo! Montréal ville verte!! Promesse faite , promesse tenue! -M. X: Autre chose Valérie… pour conduire les autobus, nous aurons besoin de créer 600 nouveaux postes de chauffeurs. -Valérie Plante: Yes!! En plus d’être verte, la ville de Montréal va créer 600 nouveaux emplois!! Comme la vie est belle, comme c’est plaisant d’être mairesse de Montréal! En avez-vous d’autres des bonnes nouvelles de même?? -M. X: Malheureusement non… Au contraire, nous n’avons pas assez d’argent dans le budget pour payer les autobus et les chauffeurs… -Valérie Plante: Ok, Trouvez-moi une solution! Montréal aura ses autobus!!! -M. X Parfait, je vous reviens là-dessus Deux semaines plus tard… -Valérie Plante: Alors le budget? -M. X: Ouin, c’est compliqué de couper… On doit offrir des services aux citoyens et on manque de cash. L’austérité, ce n’est pas très à la mode vous savez… -Valérie Plante: Avez-vous une autre solution? -M. X: Bien sûr, on pourrait monter les taxes des citoyens. Pour que la pilule passe mieux, on va augmenter la taxe d’eau en disant que le réseau d’aqueduc est totalement décal&$%?&ssé. -Valérie Plante: Ah oui? Mais comment ça va payer mes autobus? Il est où le lien entre les...

Read More

Contre les « Journées Contre »

Je l’avoue, lorsque le Centre Culturel Islamique de Québec a demandé que le gouvernement déclare une « journée internationale contre l’islamophobie », je me suis dit : « Pas encore une autre! ». C’est vrai quoi? Vous n’avez pas l’impression que ça devient ridicule à un certain point ces trucs? À quel point? Premièrement au point où ça risque de ne plus avoir de signification. Je vous explique non sans un certain sarcasme, je l’avoue encore une fois. À l’écoute de cette annonce, j’ai fait une courte recherche sur Google. Des journées « contre », j’en ai trouvé à travers la planète. Oh oui! Il y a d’abord celles que l’on connaît depuis longtemps : journée contre le cancer, contre le sida, contre l’hépatite, la tuberculose, et même la polio. Il y a aussi ces journées pour lesquelles nous pourrions difficilement être défavorables. Journée contre le travail des enfants, contre l’intimidation, contre le harcèlement scolaire, contre la drogue, contre les violences sexistes, contre la violence faite aux femmes (d’ailleurs, est-ce que ces deux dernières ne devraient pas être mise ensemble?), contre l’excision du clitoris (encore ici, avouez que ça se revient un peu), contre l’homophobie et la transphobie (mais ça est-ce que ça ne s’inclut pas dans la fameuse Journée des droits de l’homme? Bon, encore là « de l’homme »; les pseudo-féministes vont crier au meurtre. Enfin, passons). La Journée contre le terrorisme, ah! on est censé faire quoi au juste ce jour-là? D’ailleurs est-ce que c’est substantiel? Notre bon premier ministre Justin appellerait-il cela la « Journée des actes isolés »? Je vais vous dire ce qui était un réel acte isolé : c’est l’attentat commis par Alexandre Bissonnette à la Mosquée de Québec le 29 janvier 2017. Il y a, avouons-le, une certaine tension entre la culture musulmane et certains Québécois qui se sentent moins respectés dans la foulée des...

Read More
Page 1 of 5812345...102030...Last »