Fil de presse
EN
Pages Menu

Pierre Morin

Ex conseiller pol., dir. cabinet AssNat. Blogueur, twitteux, collaborateur au Prince Arthur Herald!

Les affaires, toujours les affaires!

Depuis qu’il a été élu chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard mène un combat quotidien pour se libérer des «affaires», héritage de son prédécesseur, Jean Charest. Peine perdue, le pauvre Couillard y est mouillé jusqu’aux oreilles. Son PLQ c’est celui de Jean Charest, son gouvernement c’est aussi beaucoup celui de Jean Charest puisque pas moins de 17 ministres, dont Couillard lui-même, étaient membres du Conseil des ministres de Jean Charest. Tous des ministres à 100 000$ (référence à l’objectif de financement du PLQ)! J’ai déjà écrit ici que l’intégrité sera un thème central de la prochaine campagne électorale. Y a-t-il encore quelqu’un qui en doute? En début de semaine, le Journal de Montréal révélait les milliers d’appels téléphoniques de l’ex-argentier libéral Marc Bibeau auprès de Jean Charest, de ses ministres et aussi de nombreuses sociétés d’État. Le vrai boss du PLQ faisait pression sur tout le monde. Philippe Couillard s’est empressé de ridiculiser le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault. Selon Couillard, ces choses-là sont du passé. Il ajoute que tous les partis agissaient ainsi. Or, seul le PLQ fait l’objet d’une enquête de l’UPAC, c’est la seule formation politique dont l’une des figures importantes, l’ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau, est accusée de complot, de corruption, de fraude et d’abus de confiance. Et lui-même est le seul chef politique à s’être fait réveiller, chez lui, par une descente de l’UPAC ! Le lendemain, on apprenait que Marc Bibeau obtiendrait un nouveau contrat d’un demi-million de dollars de la part du ministère de la Justice, à Saint-Hyacinthe. Pas surprenant que le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, ait lancé en mêlée de presse, que la seule chose de systémique au Québec n’était pas le racisme, mais bien le trafic d’influence au PLQ! Le preux chevalier arrive à la rescousse!...

Read More

Un Commissaire à l’éthique quossa donne?

Voilà, tout le monde s’en doutait et le Commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale, Jacques Saint-Laurent, vient le confirmer : le PQ a bel et bien payé à même les fonds publics, des employés politiques qui effectuaient (effectuent encore) un travail partisan. Carole Poirier, la Whip en chef du PQ, est la patronne de ses employés. Elle était certainement morte de rire en lisant le rapport de Saint-Laurent. Pas surprenant, je me taperais aussi sur les cuisses en lisant que ce tigre de papier, gardien de l’éthique des élus de l’Assemblée nationale, « refuse toutefois de porter un blâme étant donné l’absence de définition de tâche des agents de liaison. Il demande plutôt à l’Assemblée nationale de clarifier la situation », comme le rapporte le Journal de Montréal. Je dois être honnête envers Jacques Saint-Laurent, il n’a pas pour mandat d’assurer une baisse notable du niveau de cynisme au sein de la population québécoise. Dans le cas contraire, il aurait failli sur toute la ligne! Fidèle à ses habitudes, le PQ se lance dans les faits alternatifs. Carole Poirier affirme que « le commissaire a conclu qu’il n’y a pas de manquement au code et qu’elle n’a pas l’intention pour l’instant de mettre fin à cette pratique. » Or, le Commissaire à l’éthique écrit noir sur blanc dans son rapport que : « Permettre où tolérer que ces activités, qui ne sont pas liées à l’exercice de la charge, soient effectuées par des membres du personnel politique rémunérés par l’Assemblée nationale pourrait constituer un manquement au Code ». Carole Poirier peut se consoler, elle n’est pas seule sur le rafiau des magouilleurs. Stéphane Binette et Nicole Ménard qui le remplace depuis le 11 octobre dernier ont aussi pigé dans le plat à bonbons pour payer des employés politiques qui effectuent du...

Read More

L’année de tous les dangers

Bien sûr que je me réjouis des sondages qui, depuis un bon moment déjà, montrent l’ascension de la Coalition Avenir Québec dans les intentions de vote des Québécoises et des Québécois. Comment ne pas être heureux, comme militant caquiste, de constater que le dernier Léger/Le Devoir indique que la CAQ est en avance dans les intentions de vote comme le souligne Jean-Marc Léger : « La CAQ en avance avec 34% du vote, devant le PLQ 29%, PQ 20%, QS 12% et autres partis 5% ». Je suis encore plus heureux de constater, parce que c’est le résultat le plus important dans tous sondages politiques au Québec, que la CAQ est aussi la première formation politique, et de loin, chez les francophones : 37%, loin devant le PQ à 24% et le PLQ à 21%. Un résultat qui lui ouvre les portes d’un gouvernement majoritaire. Je ne cacherai jamais mon plaisir de lire les bonnes nouvelles. Un résultat qui confirme aussi que la CAQ a supplanté le PQ comme «parti bleu» auprès des Québécois. Si, à un an de l’élection générale d’octobre 2018, la Coalition Avenir Québec et son chef François Legault ont le vent dans les voiles, il est évident qu’ils entrent aussi dans une période de risques, l’année 2018 sera celle de tous les dangers. Ceci étant dit, ne croyez surtout pas ces donneurs de leçons qui implorent la CAQ de ne pas croire les sondages, qu’elle est loin de la coupe aux lèvres, que ce ne sont que des illusions, laissant ainsi entendre que les caquistes sont incapables de faire la différence entre sondage et scrutin. La CAQ, ses élus et ses militants savent très bien qu’un sondage ne fait pas une élection, même si cela fait beaucoup de sondages qui montrent une nette progression. On le sait...

Read More

Lettre à Lise Payette

Chère Lise, j’ose croire que vous me permettrez cette familiarité en sachant que mes premiers souvenirs de vous, quand je n’étais même pas un adolescent chez mes parents, c’était «Appelez-moi Lise»! J’étais trop jeune pour l’écouter, j’en entendais parler, puisque ma mère était une admiratrice inconditionnelle. Militante péquiste de la première heure dans Joliette, avec mon père, elle a applaudi votre candidature aux élections de 1976. Elle n’a jamais tari d’éloges lors de votre entrée au mythique premier cabinet de René Lévesque. Il faut croire qu’elle voyait en vous quelque chose comme de l’espoir, certainement un accomplissement par procuration, comme beaucoup de Québécoises de sa génération. Après tout, vous avez été la première ministre de la Condition féminine, ça marque l’imaginaire! Et même s’il y a belle lurette qu’elle n’est plus péquiste, elle continuait à vous lire, à regarder vos œuvres télévisuelles. Quand j’ai lu que vous aviez incité Léa Clermont-Dion à ne pas porter plainte «pour la protéger» je n’en suis pas revenu et j’ai regretté de ne pas pouvoir en discuter avec ma mère. Atteinte de la maladie d’Alzheimer depuis quatre ans, elle a décroché, comme elle le dit elle-même, des futilités de la vie, dont la politique, les journaux écrits et télévisés. Sa maladie l’aura empêché de voir vos dérapages incompréhensibles, votre défense honteuse de Claude Jutras, vos accusations grossières envers les victimes de ce pédophile. Elle n’aura pas non plus à se désoler de vos sophismes déplacés dans l’affaire Léa Clermont-Dion qui accuse un autre de vos amis, le fondateur de l’Institut du Nouveau Monde Michel Venne, d’agression sexuelle. Si elle le pouvait et/ou le voulait, elle se demanderait certainement comment une féministe peut être d’accord avec vous lorsqu’on apprend que vous êtes lourdement intervenue pour empêcher la victime de Venne de porter plainte. Ce...

Read More

Deux ou trois choses qui m’ont fâché

J’aurais pu choisir de commenter l’échec de Couillard dans la prise de contrôle de la CSeries par Airbus, sans débourser un centime. J’aurais pu aussi dénoncer la dernière arnaque de Gaétan Barrette pour “pimper” ses statistiques de médecins de famille. Ou la prise de position de la nouvelle députée de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, concernant les services de garde privés, mais j’ai choisi trois dossiers qui me font utiliser, sur les réseaux sociaux, des emojis fâchés. Quand l’État te dit comment t’habiller Le gouvernement libéral de Philippe Couillard a adopté son inique projet de loi 62 qui devrait régler un maudit gros problème de la société québécoise; soit le port de lunettes de soleil, de cache-nez et de niqab dans les autobus. Je caricature à peine. Selon La Presse, la loi de Stéphanie Vallée prévoit, entre autres, que les services publics doivent être donnés et reçus à visage découvert, autant dans les transports en commun que dans les hôpitaux, mais permet en même temps des accommodements raisonnables.» Pour l’anecdote, au moment où Stéphanie Vallée s’est levée en Chambre lors du vote final de son projet de loi, contrairement à la coutume, il n’y a pas eu d’applaudissement de la part de ses collègues ministres ni des membres du caucus libéral. Malaise. La réaction de la Coalition Avenir Québec, qui comme prévu a voté contre le PL62, n’a pas tardée. La députée caquiste de Montarville, Nathalie Roy a réagi ainsi : « Un gouvernement caquiste abolirait la loi pour la remplacer par une charte de la laïcité, ce projet de loi est un fouillis qui «induit la population en erreur» parce qu’il introduit le religieux dans l’État.» En point de presse, Nathalie Roy soutient que la CAQ ne légiférera pas sur la vie privée des gens, mais bien sur l’État québécois. Le...

Read More
Page 1 of 1312345...10...Last »