Fil de presse
EN
Pages Menu

Pierre Morin

Ex conseiller pol., dir. cabinet AssNat. Blogueur, twitteux, collaborateur au Prince Arthur Herald!

Des odeurs de fin de régime

Ce matin, La Presse+ publiait un article sur ces commissions scolaires qui grugent le temps de récréation alors que tous les experts affirment qu’au contraire il faut donner plus de temps. Bernard Drainville recevait le porte-parole de la CAQ en matière d’Éducation, Jean-François Roberge qui propose un vingt minutes en avant-midi et un autre vingt minutes en après-midi. Drainville recevait aussi Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation qui lui, en était encore à faire «l’état des lieux». Voilà comment la deuxième opposition à l’Assemblée nationale est encore en mode action, soulignant à gros traits la panne généralisée qui afflige le gouvernement usé à la corde de Philippe Couillard, tout en laissant les péquistes à la remorque. Même chose la veille, alors que la députée de Repentigny et porte-parole caquiste en matière de santé publique, Lise Lavallée, accompagnée de son collègue à la Sécurité publique Simon Jolin-Barrette présentait aux médias les propositions de la CAQ sur l’encadrement qui doit accompagner la légalisation du cannabis. Les libéraux n’en sont encore qu’au stade des discussions de caucus et des accusations envers Ottawa. Une fin de régime ça se voit aussi dans les départs, volontaires ou pas, dans l’entourage de Philippe Couillard. Son ex-chef de cabinet et son porte-parole qui quittent leurs fonctions le même jour, ça donne à Couillard l’occasion de promettre un nouveau style de gouvernement. À un an des élections générales, alors que la cabane libérale est en feu, Couillard change la déco. Le problème, comme le soulignait justement François Legault, c’est qu’il reste une quinzaine de ministres qui était déjà là sous le régime de Jean Charest, Couillard inclut. On repassera pour le style nouveau! Usé, déphasé et déconnecté Au lendemain du passage de l’ouragan Harvey qui a ravagé le sud du Texas, la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre,...

Read More

Le bon, la brute et le truand

Le 6 septembre 2017 restera sans doute dans les annales politiques québécoises comme le jour le plus rocambolesque où la véritable nature des chefs politiques se sera révélée. Voici donc quelques observations du comportement des chefs des trois formations politiques reconnus à l’Assemblée nationale. François Legault Le chef de la Coalition Avenir Québec n’a pas branlé dans le manche avec son candidat dans Louis-Hébert. Il n’avait pas le choix, lui qui ne négocie pas avec ses principes ni avec les critères d’éthique de son parti. Normand Sauvageau l’a appris rapidement : omettre un détail aussi important que les raisons de son départ à la retraite lui coûte sa candidature, fini la politique active pour lui. C’est sur Twitter que le chef caquiste a scellé le sort de son candidat : Louis-Hébert: À la CAQ, c’est tolérance zéro. J’ai agi dès que j’ai su. Je procéderai à l’annonce d’une nouvelle candidature sous peu. François Legault « C’était une façon pour lui d’inviter le chef libéral à tirer les conséquences des plaintes portées contre le candidat Éric Tétrault, qui a finalement annoncé son retrait de la course dans le courant de la soirée » écrit Jean-Marc Salvet dans Le Soleil. C’est Éric Duhaime qui a eu l’analyse la plus juste sur sa page Facebook : « En matière de gestion de crise, la CAQ vient de gagner la journée. Mieux vaut te débarrasser d’un candidat avant que le scandale n’éclate que de gérer les mauvaises nouvelles qui sortent et être à la remorque des médias. » Mon éditeur du Prince Arthur Herald, Simon Leduc m’a demandé un commentaire sur l’annonce du retrait de Normand Sauvageau, le voici : « Fier de la rapidité avec laquelle François Legault a réagi. C’est tolérance zéro, on ne brade pas nos principes. » François Legault a fait preuve, encore une...

Read More

Docteur Barrette, monsieur GOON!

Dans un reportage récent de la correspondante de Global News à l’Assemblée nationale, Raquel Fletcher, celle-ci rapportait le propos de François Legault sur les tweets hargneux de Gaétan Barrette : “Legault replied that the tweets make the minister look like a goon.” Je ne dédaigne pas d’utiliser cette expression «goon» au sujet de Gaétan Barrette, et force est de constater que Legault a tout à fait raison de le qualifier ainsi. Il faut revoir les sorties tonitruantes de Barrette, sur Twitter, surtout après 22h… ou lors de différentes interventions dont celle avec Anne-Marie Dussault sur RDI 24/60. Ce matin (30 août) en mêlée de presse à l’entrée du Conseil des ministres, Barrette a bien dû prononcer le nom de François Legault et de la CAQ une quinzaine de fois en moins de 10 minutes. C’est Jean Bottari qui devait mieux respirer en le voyant changer de cible! Barrette en fait presque une névrose depuis la sortie du dernier Léger qui le proclame pire ministre du gouvernement Couillard, ex aequo avec son chef! « Gaétan Barrette, obtient 56 % d’opinion négative chez les répondants du sondage, contre 20 % d’opinion favorable. » Quand on sait que Barrette a une poussée de boutons chaque fois que les médias rapportent, entre autres, la situation déplorable de nos aînés en CHSLD. Rappelons-nous la disgracieuse sortie du goon sur Twitter, lors du passage de François Paradis, Jean Bottari et Régine Laurent à TLMEP : Gaétan Barrette se déchaîne sur Twitter. La ligne préférée de Barrette : la CAQ n’a pas de solution en Santé, ce qui est évidemment faux. Un autre exemple : le 6 mars dernier, dans ses attentes prébudgétaires, la CAQ exigeait de « doubler la valeur des repas en CHSLD. Il faut adapter les services offerts dans les CHSLD et redonner à nos aînés un...

Read More

Les limites de la liberté d’expression

« La plus belle des ruses du Diable est de vous persuader qu’il n’existe pas ! » -Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris, 1862 J’ai utilisé cette citation pour commenter, sur ma page Facebook, un article relatant les propos du conseiller déchu de Donald Trump, Steve Bannon, qui affirme que “The Trump presidency is over”. Je la recycle pour commenter, ici, la stratégie des extrémistes de droite de La Meute, lors de la manif de Québec. Selon ce que j’en ai vu via Twitter, cette stratégie a réussi à faire passer les extrémistes de droite pour des victimes des extrémistes de gauche. Elle semblait fonctionner, puisque la contre-manifestation organisée par la gauche a viré à l’affrontement non pas avec La Meute, cachée dans son stationnement sous-terrain, mais avec les forces de l’ordre qui l’ont déclaré illégale. Dans les jours qui ont précédé cette manif anti-immigration dans la Capitale nationale, La Meute a lancé une opération charme dans les médias. RDI, TVA, les journaux à PKP, La Presse, même Le Devoir ont relayé la « bonne nouvelle ». La Meute annonçait même la présence de deux porte-parole à Salut-Bonjour sur TVA. Surréaliste! J’oubliais une entrevue complaisante à 100% Normandeau. Ne voulant pas participer à la diffusion du message de La Meute, je vous laisse le soin de rechercher ladite entrevue. Même le “spin doctor” libéral, Jonathan Trudeau, semblait subjugué par le constat inattendu. Le fait que les membres de La Meute ne soient pas responsables des dérapages de dimanche dernier à Québec n’efface en rien leur discours anti-immigration, et ça ne les rend pas plus fréquentables. Liberté d’expression Bien sûr, la liberté d’expression, dont nous jouissons dans ce pays, garantit à tous le droit de s’exprimer. Je me demande tout de même si cette liberté n’a pas ses limites. Ne...

Read More

Quel petit politicien!!

Philippe Couillard, puisque c’est de lui dont il est question dans le titre de mon billet, s’est encore une fois attaqué aux partis d’opposition qui osent critiquer sa gestion improvisée des migrants entrés illégalement sur le territoire québécois. Le petit politicien qu’il est, incapable de s’élever au-dessus du combat de fond de ruelle, a encore une fois démontré son incapacité à débattre sereinement. Pourtant, la seule chose qu’il lui est demandé c’est de faire en sorte que de l’autre côté de la frontière, l’on comprenne bien qu’il est inutile d’entrer illégalement. Racisme, xénophobie, il veut un mur autour du Québec, et voilà le spin cheap des libéraux qui traitent François Legault d’être le Trump du Québec. En pareille situation, et sur un sujet aussi sensible, le Québec méritait mieux! La CAQ, par la voix de son directeur des relations avec les médias Guillaume Simard-Leduc, a réagi en rappelant que : « Philippe Couillard joue encore au donneur de leçons. Les libéraux doivent cesser de mépriser ceux qui considèrent que le gouvernement devrait dissuader les migrants de passer la frontière illégalement. »   *** Ce nouveau dérapage libéral me donne occasion de souligner, au-delà des faits alternatifs si chers au PLQ, ce dont il est réellement question. Dans un texte publié sur sa page Facebook, François Legault n’a fait qu’écho aux inquiétudes justifiées de ses concitoyens. Il a posé des questions légitimes et fait valoir que nos lois devaient être respectées! Que Philippe Couillard ne soit capable de répondre que par les insultes, probablement soufflées par le goon de service, son ministre de la Santé, le rend indigne de sa fonction. Ce que le chef de la CAQ dit coule de sens : « Nous sommes signataires de traités internationaux et nous avons le devoir humanitaire d’accueillir au Canada et au Québec...

Read More
Page 1 of 1212345...10...Last »