Fil de presse
FR EN
Pages Menu

Pierre Morin

Ex conseiller pol., dir. cabinet AssNat. Blogueur, twitteux, collaborateur au Prince Arthur Herald!

Marcher et mâcher de la gomme en même temps

J’affirme qu’en politique on vient tous de quelque part et on va tous quelque part, à part peut-être Adrien Pouliot du PCQ, mais ça, ça demeure anecdotique sur l’échiquier politique québécois. Plus sérieusement, au cas où l’on comprendrait mon premier paragraphe qu’au premier niveau, affirmer, comme le fait Simon Leduc, que la main tendue de la Coalition Avenir Québec vers nos concitoyens anglophones est vouée à l’échec parce que François Legault est toujours un indépendantiste, c’est nier à l’électeur anglophone sa capacité de modifier son jugement. Il écrit : « Malgré sa profession de foi à la cause fédéraliste, pour bien des gens, François Legault est encore et sera toujours un indépendantiste. Il ne faut pas oublier que c’est lui qui a écrit le budget de l’an 1 d’un Québec souverain. » Oui, Legault défend le Québec à l’intérieur du Canada, l’Article premier des statuts de la Coalition Avenir Québec ne laisse aucun doute à ce sujet : « La Coalition Avenir Québec est un parti nationaliste moderne dont l’objectif premier est d’assurer le développement et la prospérité de la nation québécoise à l’intérieur du Canada, tout en défendant avec fierté son autonomie, sa langue, ses valeurs et sa culture. » Mais il est aussi vrai qu’il y en aura toujours pour le traiter d’indépendantiste, Don MacPherson de la Gazette, que cite Simon Leduc, en est un bon exemple. Si j’étais un péquiste qui adore tirer sur le messager, j’en aurais long à dire sur l’analyse biaisée de MacPherson, qui traite la CAQ de schizophrène, affirmant même que le clip en anglais “Join us! ” de François Legault est introuvable sur le site web de la CAQ, qu’il faut le chercher sur You Tube! Or, il n’y a aucun clip, anglais ou français, sur le site web du parti puisqu’ils sont tous...

Read More

La CAQ parle aux Anglo-Québécois, le PLQ panique!

«Y a pas si longtemps…» tweete le directeur des communications du PLQ, Maxime Roy, en mettant un lien vers un vieux clip du PQ (!!!) datant de 2005, montrant François Legault vantant le «Budget de l’An 1». Ils en sont rendus là les libéraux en mode panique devant l’offensive caquiste auprès des électeurs anglophones. Y a pas si longtemps… ça fait quand même douze ans, c’est trois gouvernements! Toute personne normalement constituée aura évolué en douze ans. François Legault n’a jamais renié son passé souverainiste et/ou péquiste, le contraire aurait été ridicule, et il a maintes fois expliqué l’évolution de sa pensée, comme dans cette entrevue réalisée il y a un an avec Nathalie Petrowski qui lui demande pourquoi il a abandonné la souveraineté comme option politique : « Parce qu’à un moment donné, il faut prendre acte de la situation et comprendre la réalité des choses. Et la réalité, c’est que les Québécois ont d’autres priorités que la souveraineté. Alors on peut bien rêver jusqu’à demain matin au pays imaginaire, mais pendant ce temps-là, c’est le déclin tranquille du Québec qui perd ses sièges sociaux, qui a moins de pouvoir qu’avant. Quand on pense qu’il n’y a pas dix personnes au Québec capables d’écrire un chèque de 1 milliard, ce n’est pas bon signe. Il faut que ça change. À cause de mon expérience d’entrepreneur et du fait que je crois plus que tout à l’entrepreneurship, je suis convaincu qu’avec moi, le Québec pourrait faire mieux. » Il faut donc comprendre des tweets du PLQ qu’il y a panique à bord. Le seul électorat dont il peut encore se réclamer serait-il en train de le déserter? Les chiffres internes des libéraux sont-ils si mauvais? Pourtant, aucun sondage publié récemment n’indique un déplacement significatif des électeurs anglophones vers la CAQ. J’ajoute que Maxime...

Read More

C’est quoi au juste l’âme de la Fête nationale?

Le 24 juin 2017 aura été marqué par les remontrances de chroniqueurs politiques lancés à la tête du bon peuple : « L’âme de la fête nationale, elle, est en abîme. N’est-ce pas là une dépossession collective? » Un peuple qui n’a pas compris le sous-titre de la mise en scène subtile du défilé de Montréal, au point de se faire dire de se « calmer le mouton »! Nos nostalgiques de la Saint-Jean de 1975 sur le Mont-Royal, ce soir mythique où la grande Ginette, portée par tout un peuple, à poussé la note d’Un peu plus haut de Jean-Pierre Ferland, ceux-là trouvent que la Fête nationale a perdu son âme. Ils regrettent les belles années des discours dans lesquels on confondait, la plupart du temps, patriotisme et partisanerie. Lorsque la Fête nationale ressemblait plus à un gros party où les non-péquistes se sentaient exclus. Qu’avec les années, à la faveur de la baisse de la ferveur indépendantiste, des Québécois d’autres allégeances politiques se sentent un peu plus chez eux un soir de Saint-Jean, et ça devient suspect pour les nostalgiques du OUI. Mais c’est quoi au juste «l’âme de la fête»? Humblement, j’affirme que l’âme de la Fête nationale ce sont ceux et celles qu’elle célèbre! Ils sont tricotés serrés ou fraîchement débarqués ici, ils sont de toutes les teintes de peaux et de toutes les couleurs politiques. Ils se parlent d’amour en français, en anglais, en grec ou en pachtou, mais le 24 juin, ils sont toutes et tous l’âme de la Fête nationale. Précisons une chose essentielle : une fête nationale est et sera toujours un événement politique dans la vie d’une nation, c’est le cas de notre 24 juin. Cela ne justifie en rien de l’avoir transformé en événement partisan d’où une majorité de Québécois se...

Read More

L’été sera chaud

Toutes les miss météo l’ont dit, l’été sera chaud. J’ajoute qu’en ce 19 juin, oui je sais l’été ne débutera officiellement que le 20 juin à 23h24, c’est confirmé, jusqu’à la prochaine vague de froid! L’été sera chaud aussi parce que les préparatifs électoraux ont déjà débutés. Lors de son point de presse/bilan de fin de session le 16 juin dernier, François Legault a dit ne pas faire confiance en Philippe Couillard et a lancé la préparation électorale pour une élection anticipée à la mi-août. Couillard a juré qu’il n’y aurait pas d’élection anticipée, tout comme son mentor Jean Charest l’avait affirmé avant de les déclencher. Un libéral c’t’un libéral! Le chef caquiste n’a pas de boule de cristal, mais en politicien sérieux, il ne peut prendre le risque de se retrouver devant le fait accompli. Il va donc de soi qu’il incite ses troupes à accélérer le pas dans la mise en place de l’organisation électorale. Et, comme pour faire mentir Jean-François Lisée qui affirme que ça va mal à la CAQ, les caquistes n’arriveront pas les mains vides pour cette campagne électorale. L’aile parlementaire de la CAQ a fait son travail, apportant au débat politique une réflexion sérieuse et des propositions qui ont positionné la CAQ comme la véritable opposition aux libéraux. Ceci explique en grande partie la déprime et le dépit qui suintaient à grosses gouttes du bilan péquiste. De nombreux projets de loi permettent déjà d’entrevoir les priorités d’un futur gouvernement caquiste. J’en rappelle les plus récents : Projet de loi 697 visant à permettre aux étudiants en droit de donner des consultations et des avis d’ordre juridique dans une clinique juridique universitaire afin d’améliorer l’accès à la justice, présenté par Simon Jolin-Barrette; le projet de loi 897 afin de permettre à la DPJ d’intervenir pour assurer...

Read More

Les « troupes conservatrices » de François Legault, vraiment? – Pierre Morin

Dans un récent billet pour le Journal de Montréal, la chroniqueuse politique Josée Legault a écrit sur l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois à l’Assemblée nationale, et je cite : « Face à la CAQ, l’effet de contraste entre QS et les troupes conservatrices de François Legault n’en sera que plus saisissant. Et ce, autant sur les questions économiques que sur les questions sociales et identitaires. » Évidemment, comme plusieurs cela m’a fait sourire, ne serait-ce qu’en pensant au manque de sérieux de nombreux engagements solidaires versus le sérieux de ceux des caquistes, dont je donnais quelques exemples dans ce récent billet. J’ironise, mais pas tant que ça. Au moment de réviser mon billet avant de le transmettre à mon éditeur du Prince Arthur Herald, le « rebelle » était en point de presse au Hot Room de l’Assemblée nationale pour affirmer qu’il ne se laissera pas « instrumentaliser » par le PLQ dans ses chicanes avec le PQ. C’est raté, il s’y est plongé tête première, la veille! Pour la petite histoire, à sa première question à vie au Salon bleu, le « rebelle » de Gouin s’est inquiété du fait que Philippe Couillard signe la Constitution de 1982 sans consulter le peuple avant! On repassera pour la bouffée d’air frais dans les débats à l’Assemblée nationale. Je donne raison à Josée Legault, le contraste était saisissant, François Legault questionnait Philippe Couillard sur l’absence d’obligation de contenu québécois dans le projet de REM de la Caisse de dépôt. J’imagine que dans ses pérégrinations à travers la belle province, tout comme dans sa campagne électorale dans Gouin, on se bousculait au portillon pour s’inquiéter de la Constitution de 1982. Cela expliquerait qu’il ait gaspillé l’une des rares questions dévolues à un député indépendant sur un sujet qui se retrouve au 53e rang...

Read More
Page 1 of 1012345...10...Last »