Fil de presse
FR EN
Pages Menu

Julie Texane Lesage

En Août 2003, Julie et son conjoint se marient pour pouvoir partir vers le Texas, ce qu’elle décrit comme étant le meilleur “move” de sa vie! En 2013, elle publie “Vivez l’Expérience Américaine” qui connait un succès retentissant.

l’Obamacare à la poubelle

Je ne compte plus les fois où j’ai dit ou écris qu’Obamacare était le pire désastre qu’a connu les États-Unis. Il n’existe pas d’autres échecs aussi grands affectant les Américains. L’Obamacare s’est préparé pendant plusieurs années. J’ai été témoin de la transformation et je dois malheureusement vous avouer ceci : Ce qui existait avant Obamacare est disparu à jamais. Non seulement, Obama a instauré un système de soins de santé voué à l’échec, il a de plus, supprimé tous les antécédents en soins médicaux aux États-Unis. Vous vous demandez pourquoi? Des acquisitions Il y a eu, dans les dernières années, un nombre important d’acquisitions au sein des compagnies d’assurances. Plusieurs petites compagnies n’ont pas pu survivre. Il existe actuellement un nombre limité de compagnies offrant des assurances santé. Lorsqu’il y a peu de compétition, le client est toujours celui qui en souffre. Les entreprises se sont réorganisées Avec les nouvelles règles d’Obamacare, les entreprises avec plus de 49 employés devaient offrir l’assurance santé à leurs employés à temps pleins. Que pensez-vous que les dirigeants de telles organisations ont fait si elles comptaient aux alentours de 50 employés? Des hôpitaux se sont créés leur propre compagnie d’assurances C’est également le cas du centre hospitalier qui emploie mon conjoint. Notre famille est assurée par l’hôpital. Bien assurément, en cas de pépin, nous n’avons pas beaucoup de choix. Nous devons privilégier ce centre hospitalier ou encore débourser de gros montants. Obamacare a créé des monopoles et des réorganisations qui ne peuvent pas être renversés. Avant Obamacare, le système de santé des Américains était fonctionnel mais avait plusieurs lacunes. Entre autre, le refus d’assurances pour ceux qui ont des antécédents médicaux et la prime mensuelle dans certains cas * qui pouvait être élevée pour certaines familles. Obamacare devait justement aider ces deux points. En...

Read More

Au revoir M. Obama…

Je suis devenue citoyenne américaine sous le règne d’Obama, mais je suis déménagée aux États-Unis sous le règne de Bush. Je me suis intéressée aux États-Unis dirigés par des conservateurs, mon côté de droite a toujours été fort. Lors de l’arrivée d’Obama, j’ai eu très peur que notre pays d’adoption s’apparente au pays que j’ai dû quitter il y a quelques années. Ma peur était fondée. Huit ans c’est long. Qu’est-ce qu’Obama a accompli ? La guerre au racisme Je dois avouer que j’y voyais un point positif. Je croyais que l’élection d’un homme de race noire nous réconcilierait avec les problèmes raciaux. Je me disais que si un afro-américain avait le vote de popularité et devenait président des États-Unis et par le fait même un leader mondial, c’était la fin du radotage sur l’esclavage. J’étais dans le champ ! Huit ans plus tard, les problèmes raciaux se sont accentués. En fait, la population s’est divisée davantage. Pourquoi ? Parce qu’au lieu de rassembler les Américains, Obama s’est amusé à définir des groupes raciaux plutôt que de les présenter comme un groupe homogène. Obamacare… Si vous croyez toujours qu’Obamacare a amélioré les soins de santé, je me dois de vous traiter d’idiots. Malheureusement, le système de santé est brisé. Il n’y a plus de solution facile. On ne peut plus le réparer. On ne peut pas ajouter des ailes et un moteur à une bicyclette et croire qu’on a bâti un avion. Obamacare est le pire échec de l’histoire des programmes de l’État. Il a été mauvais pour toute la population à des degrés différents. Mauvais pour les soins, mauvais pour les médecins et spécialistes, mauvais pour les entreprises… bref mauvais sur toute la ligne. Si vous ne comprenez pas qu’Obamacare était voué à l’échec et que c’était connu de l’État, il...

Read More

L’économie repose sur la confiance des gens.

Jadis, les médias traditionnels jouaient un très grand rôle dans la propagation de cette confiance. Quelques petites nouvelles encourageantes ici et là. Voilà! Les gens étaient rassurés et l’économie allait bien. Certaines personnes se ruaient vers les magasins pour acheter tandis que d’autres passaient par la banque pour emprunter. Lorsque les nouvelles étaient bonnes, l’économie se portait à merveille. Pourtant, depuis les élections, les journalistes nous ont foutu la trouille. On nous a dépeint un portrait plutôt noir de notre nouveau président élu, Donald Trump. Nous devrions voir un déclin, des magasins déserts, des banquiers en peine…   pourquoi est-ce le contraire? Juste avant l’élection, les Américains retenaient leur souffle mais la catastrophe attendue se fait toujours attendre. Une chose est certaine, en peu de temps, l’économie américaine a changé. Une bourse en montée La plupart des industries en bourse sont en hausse. Le domaine médical lui, a pris toute une chute. Les variations sont en lien direct avec les promesses électorales de Donald Trump. Par exemple, la valeur du peso mexicain a chuté suite à l’élection. Trump a martelé pendant toute sa campagne électorale qu’il ramènerait les emplois aux États-Unis, sécuriserait les frontières avec le Mexique et renégocierait les traités internationaux, entre autre l’ALENA. Son désir de revoir Obamacare a suscité de l’inquiétude chez les compagnies d’assurance santé ainsi que les hôpitaux. Il faut comprendre que l’industrie de la santé a subi une transformation énorme depuis l’annonce d’Obamacare. Nos placements ont mieux fait en un mois qu’en une année entière. Des taux d’intérêt sur les hypothèques ont grimpé En moins de deux mois, nous avons vu les taux d’intérêts passer de 3.6 % à 4.1 %. Depuis le début de l’été 2016, le marché immobilier était en feu! Les maisons se vendaient comme de petits pains chauds. Les maisons...

Read More

Faites comme Dan

J’adore discuter avec des gens qu’on pourrait classifier comme étant bizarres.  J’apprécie le fait que je peaufine mes opinions en analysant les expériences et les idées des autres.  C’est la beauté des échanges et des médias sociaux.  Par l’entremise de mon site web quitterlequebec.com, je suis en contact avec des centaines de Québécois vivant maintenant partout sur la planète.  Des gens pleins d’aventures, débordant d’expériences et totalement crédibles. Vous connaissez Simon?  Oui oui, celui que l’on voit à toutes les sauces.  Faites comme Simon, car Simon lui, il l’a l’affaire. Mon Simon à moi il s’appelle Dan. Dan est un Québécois qui habite au Guatemala.  Dan c’est un gars très brillant.  Un peu trop quelques fois J Dan travaille sur le web, il a un enfant et en attend un deuxième.  À lui seul, Dan emploie trois personnes.  Il fait rouler l’économie d’un pays du tiers monde sans voler leurs emplois.  Au Québec, avec son salaire unique, il n’avait pas de grands moyens.  Il habitait dans un appartement un peu médiocre, payait ses impôts, ses taxes, sa nourriture et ses effets personnels. Mais Dan en avait marre de travailler pour une vie de minable.  Il n’a pas alerté les médias, il n’a pas épinglé son carreau rouge, il n’a pas sorti ses casseroles. Il a quitté son patelin pour une vie meilleure. Dan fait le même salaire.  Il reçoit le même montant mensuel. Par contre, au lieu de survivre, il emploie des gens de la place et leur paie le double qu’ils recevraient pour le même boulot. Il vit dans une villa très confortable. Dan se fout éperdument des cinq salles de bain qu’il doit nettoyer, car il emploie quelqu’un pour accomplir cette tâche.  Dan paie 50$US par mois pour ses assurances santé. Il a même droit à des spécialistes...

Read More

Twitter : la nouvelle plateforme électotale

« J’ai gagné à cause de Twitter » Donald Trump a révélé sa recette magique : les médias sociaux. Qui aurait cru qu’un jour, Twitter serait une plateforme électorale efficace? Si nous avions dit aux Pères fondateurs qu’en 2016, un milliardaire de 70 ans serait élu grâce à cette capacité de rejoindre les gens directement sans le filtre des médias traditionnels, ils n’y auraient simplement pas cru. Il faut avouer qu’un homme de cette envergure qui commente l’actualité en direct, assis sur sa toilette dorée est simplement difficile à imaginer. La génération X, dont je fais partis, a grandi en voyant apparaître ce phénomène mais nous sommes tout de même encore surpris de sa portée. Pour les plus jeunes, les médias sociaux font partis de leur vie quotidienne. Jadis, que faisions nous pour : Rejoindre plusieurs amis? Nous envoyions des lettres ou encore nous appelions par téléphone, un après l’autre. Partager des photos ou encore son opinion? Nous n’avions pas d’autres choix que de rencontrer ces gens en personne ou encore utiliser la poste ou le téléphone. Avec l’arrivée des médias sociaux, le processus d’influence est beaucoup plus court. Les nouvelles et les opinions se propagent à une vitesse difficile à assimiler.   Chacun a l’opportunité d’avoir son heure de gloire sans devoir se prostituer devant les médias traditionnels. La plupart des journalistes ne bâtissent plus la nouvelle, ils ne sont que des rapporteurs. Jadis, pour gagner une élection fédérale, nous devions être connus. Notre seule façon d’être connue de la masse était en faisant les manchettes. Nous ne pouvions point être sur le podium sans l’aide des médias. Donc, ceux-ci avaient beaucoup de pouvoir. Les journalistes possédaient un contrôle inédit. Donald Trump l’a bien compris. Il savait très bien que l’image rapportée par les médias conventionnels ne serait pas rose à son égard....

Read More
Page 1 of 712345...Last »