Fil de presse
EN
Pages Menu

Claude Roy

Claude Roy est un homme politique québécois. En 2007, il devient le député de la circonscription de Montmagny-L'Islet sous la bannière de l'Action démocratique du Québec. Il devient porte-parole de l'opposition officielle en matière de faune et de parcs nationaux le 19 avril 2007, membre du Bureau de l'Assemblée nationale le 15 mai 2007 et membre de la Commission des affaires sociales le 23 mai 2007.

Que de souvenirs!

L’année qui s’achève restera dans la mémoire de plusieurs. Que ce soit pour les inondations du printemps qui ont touchées des centaines de personnes, ou des scandales.  Cette dernière année est marquante. Nous avons étiqueté les hommes en leur attribuant le rôle ingrat de harceleurs, les nombreux scandales et rebondissements ont accentué le message. Désormais, nous devrons demander la permission pour faire un compliment. Nous devrons garder nos mains bien profondément dans nos poches et nos yeux ne pourront plus regarder d’autres yeux sous prétexte de provoquer la presse. Nous ne sommes plus des hommes ou des femmes, la communauté LGBT vient de changer les règles et le dictionnaire. Il n’y a plus de genre et nous devrons parler désormais de l’autre pour définir la personne. J’ai cherché des buches de Noël mais avec peu de succès, la rectitude politique oblige. Nous devons oublier nos traditions et nos coutumes, car cela dérange les nouveaux citoyens. Nous n’avons que peu de moyens pour aider les nôtres, mais nous octroyons des centaines de milliers de dollars pour rendre confortable la vie d’immigrants illégaux. Un nouveau phénomène marque la justice. Nous pouvons désormais invoquer le temps des procédures afin de faire annuler les accusations. Des milliers d’heures de travaux importants sont mis à la poubelle, des criminels en liberté et des iniquités flagrantes pour les honnêtes citoyens. Concernant la classe politique, elle peine encore à convaincre la population. Preuve à l’appui, le famélique taux de participation lors des élections municipales. Les nouveaux élus se gargarisaient avec le résultat d’élection alors que la population ne leur offrait même pas une note de passage. Montréal a préféré une socialiste du Plateau à l’orgueil démesuré du maire sortant. À Québec, le bouillant maire a la majorité des sièges avec une participation anémique à son succès....

Read More

Un manteau blanc qui recouvre la grisaille

En regardant par la fenêtre, je vois une rue toute blanche et des bords de rue propres avec l’aide de cette neige fraîchement tombée. Alors, je me dis que la vie, comme la politique, est comme cette situation momentanée mais rafraîchissante pour l’œil. Depuis un certain temps, les mauvaises nouvelles tombent quotidiennement. Un fou lance des missiles afin de prouver son désir de domination. Un autre plus fou au pouvoir immense fait des menaces et des gestes intempestifs qui pourraient causer une guerre. Nous avons des crises de confiance dans des institutions comme l’UPAC et la police de Montréal. Des mégaprojets qui semblent tirer de la patte ou des erreurs de conception peuvent mener au désastre à long terme. Les employés de la Davie qui sont mis à la porte et qui se plaignent, alors que des entreprises de partout cherchent des employés. Sont-ils si bien servis par leur syndicat pour ne pas voir les avantages à changer d’employeur? Cette semaine, je lisais dans le journal que nous devions payer, avec nos petits salaires, des primes pour que des anesthésistes arrivent à l’heure dans les salles d’opération. Nous devons tous collectivement arriver à l’heure au travail et personne n’a de bonus à la ponctualité. Alors pourquoi des personnes qui gagnent plus de 400,000$ par année ont-ils droit à des primes de ponctualité? Pourquoi ai-je l’impression d’être ce dindon que l’on cuit sans farce? Pourquoi je me fais couper la route par des Mercédès, des Lexus, des BMW et des Audi alors que moi je suis dans la file d’attente et que je respecte les autres. Je n’ai rien contre les riches, mais sont-ils si importants pour ne pas respecter les autres. La dernière trouvaille des libéraux pour cacher leur crasse est de faire baisser les taxes municipales en vue...

Read More

Ils ont perdu notre confiance

Dans la foulée des derniers évènements à la police de Montréal et avec l’UPAC, nos politiciens ne comprennent pas que les citoyens ne leur font plus confiance. Sont-ils perdus dans leur monde où l’imputabilité est un mot qui n’est pas dans leur dictionnaire? Des coupables qui ne se rendent même pas en cours comme le dernier criminel relâché cette semaine, les Acurso de ce monde qui réussit à passer à travers les maillons de la chaîne. Les truands, les pédophiles qui s’en sortent avec des sentences bonbons, des vedettes qui ne seront jamais accusées faute de preuves accablantes. La population crie à l’injustice, elle ne retrouve plus ses valeurs et le fondement même des lois qui nous régissent. Nous constatons désormais la justice des riches et celle des pauvres. Nous constatons des irrégularités au sein même des différents corps de police, l’omerta, la loi du silence et le contrôle de l’information sont en fait des synonymes, mais ils n’ont pas tous la même signification selon la place que nous occupons dans la société. Nous donnons le pouvoir et le contrôle de nos vies à des personnes qui ne pensent qu’à la leur. Nous remettons entre leurs mains nos salaires, nos efforts, notre vie toute entière, mais une fois qu’ils se sont bien servis, ils nous jettent les restes. Nous investissons des milliards pour un nouveau pont, mais notre argent sert à enrichir des consortiums, des groupes, des individus sans scrupules qui n’ont rien à foutre des efforts que nous faisons pour gagner difficilement notre argent. Personne n’est imputable, personne ne prendra des claques sur les doigts. L’ex chef de police de Montréal touchera son plein salaire de 290,000$ à ne rien faire même si la ville dit qu’elle le fera travailler. La commission Charbonneau n’a fait que peu de...

Read More

La liberté à tout prix

Dans le débat sur le contrôle des armes à feu, la démonstration a été faite que peu importe le système en place, les armes illégales auront toujours leur place. Durant toutes les années où j’ai été un animateur télé de chasse et pêche, j’ai pourfendu ce régime de contrôle inutile et coûteux. Puis les conservateurs ont mis fin à ce registre et c’est devenu le nouveau combat des libéraux pour une cause importante, le vote que les femmes pourraient leur donner. Lors de mon passage en politique au sein de l’ADQ, j’ai participé au projet de loi 69 sur le contrôle des armes. Avec l’aide de Pierre Moreau, alors attaché politique de Jacques Dupuis, nous avons fait plusieurs amendements qui ont modifié en profondeur ce nouveau règlement, mais ce n’était pas assez pour les adversaires du contrôle des armes à feu. Un nouveau mouvement contestataire a vu le jour et depuis, les sorties médiatiques du leader du groupe n’ont rien fait pour faire comprendre le problème ou amener quelques pistes de solution. Le simple fait que la population ne comprenne pas qu’il y a déjà un système mis en place par le gouvernement afin de contrôler l’achat et la possession d’armes et la pression très médiatisée des survivantes de la Polytechnique a bien servi la cause des anti armes. Si un projet de loi existait pour encadrer la vente d’armes blanches dans les marchés aux puces et pour imposer un contrôle parental sur les jeux vidéo violents qui sont en vente libre et dont le seul but est de tuer, j’aurais eu une vision bien différente. Aujourd’hui un acte irréfléchi et irrationnel vient d’anéantir les efforts déployés, car cette maladresse nuit à l’ensemble des utilisateurs d’armes qui passent pour une bande de cave sans empathie pour les victimes. La...

Read More

Le Congrès libéral sous l’étiquette du mensonge

Donner la parole à quelqu’un qui a maltraité les Québécois et Québécoises pendant plus de treize ans, se féliciter d’un règne libéral et de ses grandes réalisations, c’est de la pure démagogie. L’entrée triomphale de Charest dans une salle surchauffée d’avance, lumières et musique de rock star, parade de poignées de mains et accolades multiples ne feront jamais oublier l’ère Charest. Une période de corruption qui continue. Une période dont le premier ministre Couillard voulait se tenir loin, mais une présence qui a tonifié ses troupes devant des sondages catastrophiques. L’ex premier ministre Charest n’a rien perdu de sa fougue et de son emprise sur ses troupes. Il a galvanisé la foule qui scandait son nom. Pourquoi alors n’avoir pas invité Nathalie Normandeau, son ex bras droit, son bon ami et argentier Marc Bibeau et Marc Yvan Coté qui ont été responsables de l’argent du parti? Les libéraux restent et resteront les libéraux. Cette équipe qui a besoin d’argent pour survivre. L’équipe des compromis, du jeu de coulisse, des entorses aux règles, mais également protecteur des sources et des amis. Nous, les citoyens, devrons restés sourds et aveugles aux allégations. Nous devons croire au gourou et suivre aveuglement le dicta des bonzes du pouvoir. Nous avons cru, depuis toutes ces années, que ces politiciens et politiciennes travailleraient pour nous faciliter la vie, pas pour nous gâcher l’existence. Coupures, rationalisations, bris de confiance et de service, mais malgré tout, les citoyens voteront aveuglement pour ce parti de toutes les enquêtes. Ils passent à travers les allégations frauduleuses comme de l’eau entre les doigts. Pourquoi la population ne se réveille t-elle pas? Pourquoi même penser voter pour cette classe de malfrats irrespectueux des privilèges que nous leurs offrons par notre vote? Devant une telle suffisance, devant des caméras permissives et des...

Read More
Page 1 of 812345...Last »